L’innovation ne connaît (vraiment) pas la crise

Le contexte industriel a beau être tendu, les dépôts de brevets ne faiblissent pas : le palmarès 2012 de l’Institut national de la propriété intellectuelle (INPI) recense ainsi 16 632 demandes de dépôt au cours de l’année écoulée.

604

Et comme nous ne sommes plus à un paradoxe près, PSA Peugeot Citroën arrive largement en tête de ce classement (1 348 demandes de brevets publiées en 2012, contre 1 237 en 2011), devant le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (566) et le Groupe Safran (556). Au total, les vingt premiers déposants de brevets sont à l’origine de 41% des demandes (contre 38 % en 2011).

De l’avis d’Yves Lapierre, directeur général de l’INPI, ces chiffres démontrent « que la crise n’affaiblit pas l’innovation de l’industrie française. Bien au contraire, on peut voir que les grands déposants l’intègrent parfaitement dans leur stratégie de développement pour faire face aux contraintes économiques et du marché. » 

ClassementINPI

« Mithos » entre dans la légende

Alors que les constructeurs s’interrogent sur « la voiture de demain », le designer Tiago Miguel Inacio présente le modèle d’après-demain. Electromagnétique.

Baptisé « Mithos », ce concept-car relève avant tout du rêve éveillé : imaginé sans tenir compte des contraintes de coût, de la disponibilité des technologies ou même des lois de la physique, ce projet électrique disposerait d’un moteur à induction électromagnétique d’1,5 mégawatt (l’équivalent de 2011 chevaux), imparable pour atteindre les 100 km / h en 2,1 secondes. Et monter jusqu’à 398 km/h en 12 secondes seulement.

Mais le designer portugais va encore plus loin et dote de la technologie « Quantum Boost » ce modèle avant-gardiste : concrètement, « Mithos » serait capable d’entrer en lévitation magnétique dans l’air. Ainsi libéré de la résistance du sol, il atteindrait la vitesse maximale de… 655 km /h.

Côté carrosserie, cette supercar habilement inspirée de la Batmobile de Tim Burton serait constituée de panneaux en fibre à mémoire de forme, capable de reprendre leur courbes initiales en cas de choc.

Alors, certes, « Mithos » est un rêve… il n’empêche qu’on aimerait bien que nos rêves soient tous aussi beaux que celui-là.

Science : quoi de neuf pour 2012 ?

L’année qui commence pourrait être celle de la fin du monde… mais pas seulement. Dans son hors-série daté de janvier, Science & Vie recense « dix espoirs de science » qui passeront du rêve à la réalité au cours des prochains mois. Voici quatre d’entre eux.

© Dassault Systèmes

>>> En 2012, l’eau des iceberg sera récupérée

Le projet ressemble à un rêve : concrètement, il s’agira d’acheminer des icebergs du Canada aux Canaries où leur eau sera récupérée puis conduite jusqu’aux pays arides. Porté depuis de nombreuses années par Georges Mougin, 87 ans, ce projet est en passe d’être concrétisé par Dassault Systèmes. Selon ces experts, 141 jours seront nécessaires à ce singulier voyage au cours duquel l’iceberg perdra moins de 40 % de sa masse. Une goutte d’eau au regard du volume global transporté.

>>> En 2012, le premier cœur artificiel sera implanté

A l’étude depuis plusieurs années, cette prothèse des plus complexes sera prochainement implantée. Léger (l’organe de synthèse pèse 600 grammes de plus qu’un « vrai ») et autonome pendant 12 heures, le cœur artificiel battra au rythme du patient. Développée par l’équipe du professeur Alain Carpentier dans les laboratoires de Carmat, cette technologie est en effet équipée d’un capteur de pression sanguine ultra précis capable d’adapter les pulsations aux efforts physiques.

>>> En 2012, un vaccin permettra d’en finir avec le paludisme

Deux laboratoires (l’un anglais, l’autre français) ont développé des stratégies très différentes pour en finir avec une maladie qui a provoqué 800 000 décès en 2009. Si l’équipe de la firme GlaxoSmithKline (GSK) compte empêcher le virus de pénétrer dans le foie (d’où il pourrait passer dans le sang), l’Institut Pasteur s’attaque à l’infection déclarée. Pour faire très simple, son vaccin donnera aux globules blancs les moyens de détruire le parasite présent dans les globules rouges.

>>> En 2012, les cocons stellaires nous révéleront leurs secrets

Installé cette année sur les cimes du Chili, le télescope Alma permettra d’observer la naissance d’étoiles nichées au cœur de la nébuleuse d’Orion, à 1 300 années-lumière de la Terre. N’en déplaise à certains, l’année 2012 s’annonce prometteuse !

© ALMA

EDIT 11 h 50 : L’idée de déplacer des icebergs est moins incensée qu’il n’y paraît. La FAQ de l’industriel est éclairante sur le sujet (http://www.3ds.com/fr/icedream/faq). D’autres documents permettent de comprendre que la fonte de cette eau n’aura pas, comme on aurait pu le redouter, d’impact sur la montée des océans. L’eau douce contenue dans les icebergs n’a par ailleurs pas vocation à rester aux Canaries : elle sera ensuite acheminée jusqu’à des pays arides.

Lorsqu’on demande aux porteurs du projet s’ils « ne pensent pas jouer aux apprentis sorciers en déplaçant les icebergs ? » leur réponse est la suivante :

« A l’état naturel les icebergs fondent. Leur transfert vers une destination prédéfinie ne change donc pas leur fonte, mais simplement le lieu où ils fondent et où l’eau douce va être exploitée plutôt que d’être simplement rejetée dans les océans. »

En 2010, l’ONU estimait que 884 millions de personnes n’avaient pas accès à l’eau potable. La récupération de l’eau des icebergs n’est probablement pas LA solution à ce problème mondial ; elle constitue toutefois une piste de recherche qui mérite de ne pas être écartée.

La tête dans les nuages

Tiago Barros ne fait pas les choses à moitié. Quand il réfléchit à un mode de transport écologique et innovant, il aboutit à une solution technique jusqu’alors inexplorée et résolument… planante.

Créé à l’occasion d’un concours initié par le Van Alen Institute et le Département des Affaires culturelles de New York, le projet « Passing Cloud » prévoit d’assembler autour d’une structure métallique d’amples sphères de nylon. Poussé par le vent, et par le vent seulement, l’ensemble avancerait à un rythme lent et indéfini, vers une destination non connue à l’avance. Plus qu’un mode de transport, c’est un véritable art de vivre que propose ici l’architecte, l’ambition, à contre-courant, de laisser du temps au temps.

© DR

Trop d’innovations tue l’innovation

C’est un paradoxe qui mérite le détour : publié par l’OCDE, un récent rapport démontre que le nombre croissant de brevets déposés à travers le monde entame sérieusement la qualité globale de l’innovation.

« La qualité des dépôts de brevets s’est dégradée de façon spectaculaire depuis deux décennies, observe le rapport Science, technologie et industrie : tableau de bord de l’OCDE 2011 (téléchargeable ici). L’empressement à protéger des améliorations même mineures de produits ou de services engorge les bureaux des brevets. D’où un allongement des délais de mise sur le marché des véritables innovations et une réduction des possibilités d’inventions exceptionnelles. » Entre le début des années 1990 et la fin des années 2000, la qualité moyenne des brevets aurait ainsi reculé de… 20 % !

Le document note par ailleurs que si les Etats-Unis demeurent les leaders incontestés en la matière, l’Asie les talonne sérieusement : ce continent a en effet consacré 400 milliards de dollars à la R & D en 2009. En augmentant de 20 % l’enveloppe qu’elle dédie à ce sujet, la Chine se place désormais devant le Japon.

Publié un peu plus tôt, le Tableau de bord européen de l’innovation pour 2010 signalait que la Suède, le Danemark, la Finlande et l’Allemagne étaient les quatre pays européens les plus actifs en la matière et classait la France parmi les « suiveurs de l’innovation ». Il repérait par ailleurs « un champion toutes catégories, dépassant de loin tous les États membres » : la Suisse.

© DR

CaterPod : une affaire rondement menée

Sortie de la bouillonnante imagination de Bimal Rajappan, CaterPod est une solution de transport en commun pensée pour faciliter les déplacements des étudiants sur les campus.

L’objet présenté plus haut n’est pas la roue du futur véhicule, mais bien… le véhicule lui-même. CaterPod est en effet une structure circulaire dotée de dix sièges et de roues dissimulées sous la base. Une batterie ion-lithium assure l’autonomie de son moteur électrique.

Présentée dans le cadre de l’édition 2011 des Interior Motives Design Awards, cette structure modulaire peut fonctionner de façon autonome ou se greffer à d’autres (sur le même principe que les voitures d’un train ou d’un métro) pour acheminer un plus grand nombre d’utilisateurs.

Bangkok sauvée des eaux ?

Une nouvelle étude de l’OCDE est sans appel : la capitale de la Thaïlande aura les pieds dans la mer d’ici vingt ans et devrait même avoir disparu dès 2100. A moins que…

Construite voilà 300 ans sur des sols marécageux, Bangkok s’enfonce chaque année de un à deux centimètres. Selon les calculs d’experts mandatés par l’ONU, la ville devrait être totalement enlisée d’ici 2050 seulement.

Pour contrer cette disparition annoncée, le cabinet d’architectes thaïlandais S + PBA a conçu « Wetropolis« . En plus d’un élégant réseau de logements reliés entre eux par des passerelles, ce projet prévoit l’utilisation des mangroves indigènes pour filtrer l’eau du sol et fournir au biotope suffisamment d’oxygène pour éviter l’enlisement.

Actuellement, dix millions d’habitants vivent dans cette mégapole en sursis.

© S + PBA